Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2005 6 30 /07 /juillet /2005 00:00
Deux des sept astronautes de la navette Discovery ont effectué une première sortie dans l'espace, destinée à tester les techniques de réparation. Car chaque décollage amène ses problèmes et ils peuvent être tragiques.
Quelle vue! s'est exclamé le Japonais Soïchi Noguchi en émergeant du sas, alors que la navette survolait l'Asie centrale à 357km d'altitude. Il n'y a pas de mot pour décrire combien c'est cool, a lancé Stephen Robinson.

Deux des sept astronautes de Discovery ont donc conclu samedi avec succès leur première sortie dans l'espace après avoir accompli toutes les procédures prévues, dont des tests de nouvelles techniques de réparation du bouclier thermique des navettes en orbite.

Félicitations, vous avez fait un excellent travail, a lancé le responsable de la salle de contrôle de la Nasa à Houston, au Texas, au terme d'une excursion dans l'espace de 6h50, la première depuis 2002.

Tout se déroule parfaitement bien d'un point de vue opérationnel, a déclaré lors d'une conférence de presse Phil Engelauf, un des responsables de la mission. Les deux astronautes, le japonais Soichi Noguchi, 40 ans, et l'américain Stephen Robinson, 49 ans, engoncés dans leurs scaphandres avaient quitté la navette à 4h46 (11h46 heure de Bruxelles) avec plus d'une heure de retard sur l'horaire prévu. Evoluant à quelque 350 km au-dessus de la Terre et à une vitesse de 110.000 km/heure, Soichi Noguchi - le sixième Japonais à voler dans l'espace - et Stephen Robinson ont commencé par tester des techniques de réparation du bouclier thermiques, installés dans la soute de la navette. Cette expérience sans précédent pourrait se révéler d'une importance cruciale, si les navettes spatiales américaines sont autorisées à reprendre leurs vols. C'est une fissure dans le bord d'attaque de l'aile gauche de la navette Columbia, provoquée par un morceau d'isolant détaché du réservoir externe peu après le lancement, qui avait entraîné sa désintégration à son retour en février 2003. Même si la fissure avait été découverte pendant le séjour dans l'espace, l'équipage de Columbia n'aurait pas pu y remédier, la Nasa n'ayant jusque-là jamais songé à faire ce type de réparations de fortune dans le vide spatial. L'expérience a pris un relief tout particulier après que la Nasa eut révélé que le scénario catastrophe aurait pu se répéter avec Discovery. Mardi, malgré deux ans et demi d'efforts, le réservoir externe a encore perdu un gros morceau d'isolant mais qui n'a heureusement pas touché la navette. L'agence spatiale a alors décidé de suspendre tous les prochains vols le temps de régler ce problème jugé inacceptable.

La Nasa doit faire connaître dimanche ses conclusions définitives sur l'état de la protection thermique de Discovery, mais jusqu'à présent les responsables de l'agence spatiale se disent confiants que la navette pourra rentrer en toute sécurité. Avec beaucoup de dextérité malgré leur combinaison, les deux astronautes ont travaillé sur plusieurs échantillons endommagés de tuiles en silice et de panneaux de carbone similaires à ceux formant le bouclier thermique de la navette et qui la protège des températures très élevées lors de sa rentrée dans l'atmosphère. Avec des gestes qui paraîtront familiers aux bricoleurs, Soichi Noguchi a appliqué une pâte au carbure de silicium avec différents outils sur ces tuiles test. Stephen Robinson a réparé des panneaux au carbone comme ceux protégeant les bord d'attaque des ailes des navettes avec du polymère imprégné de poudre de carbone. Ces matériaux de réparation en orbite et tout un ensemble d'outils pour les appliquer, devraient permettre, si les tests sont concluants, de réparer de petites fissures lors de missions ultérieures. Ces échantillons seront testés sur terre dans les conditions réalistes d'une rentrée dans l'atmosphère. Soichi Noguchi et Stephen Robinson effectueront deux autres sorties dans l'espace lundi et mercredi pour une durée égalemen de 6h30 chacune. Leur principale mission sera alors de remplacer l'un des quatre gyroscopes de l'ISS qui ne fonctionne pas depuis 2002.

(D'après AFP)

Partager cet article
Repost0

commentaires