Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2005 4 22 /12 /décembre /2005 22:12
Le deuxième satellite Météosat de Seconde Génération a été lancé aujourd'hui, mercredi 21 décembre, par Ariane 5 (dans sa version standard) à partir de la base de lancement européenne de Kourou, Guyane Française.
 
Il s’agit du deuxième lancement de satellite de la série Météosat de Seconde Génération fourni à l’EUMETSAT par l’ESA et effectué par Arianespace. Le second passager embarqué sur Ariane 5 est le satellite polyvalent Insat4A (télécommunications, radiodiffusion et météorologie) appartenant à l’Organisation Indienne de Recherche Spatiale (ISRO).

Depuis l’introduction des données satellites dans la prévision du temps en 1977, les besoins des utilisateurs de ces données et images météorologiques ont évolué. L’EUMETSAT, en coopération avec l’ESA, a donc mis au point une seconde génération de systèmes satellitaires améliorant sensiblement les services offerts par la flotte Météosat existante.

Quatre satellites assureront une couverture météorologique permanente jusqu’en 2018. Depuis le lancement du premier satellite MSG en 2002, les images météorologiques sont générées toutes les 15 minutes (au lieu de 30 avec les satellites Météosat de première génération) sur 12 canaux spectraux (au lieu de 3) et fournissent des données importantes pour toute une gamme d’applications dans le domaine de la météorologie ainsi que de la surveillance du climat et de l’environnement. L’ESA continuera de s’occuper des quatre satellites pour EUMETSAT.

Logo ESA - http://teyeme.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2005 5 16 /12 /décembre /2005 00:00
Assistez en direct au lancement de MSG-2


Le lancement du deuxième satellite Météosat de seconde génération, MSG-2, est prévu le 21 décembre au port spatial de l'Europe à Kourou en Guyane française. Ariane-5 (version générique) disposera  pour lancer MSG-2 d'une fenêtre de lancement de 28 minutes qui s'ouvrira à 23h33 heure de Paris. MSG-2, fourni à EUMETSAT par l'Agence spatiale européenne, est lancé par Arianespace.

Ariane-5 emportera également le satellite polyvalent INSAT-4 (télécommunications, radiodiffusion et météorologie) de l'Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO).

Le premier signal émis par le satellite MSG-2 devrait parvenir au Centre de contrôle de l'ESA à Darmstadt (ESOC) 36 minutes après le décollage, au moment de sa séparation de l'étage supérieur d'Ariane. L'ESOC assure les opérations de la phase de lancement et de début de fonctionnement en orbite pour le compte d'EUMETSAT qui prendra ensuite en charge la recette du satellite et son exploitation de routine.

L'utilisation des informations satellitaires pour la prévision du temps remonte à 1977. Depuis lors les exigences des utilisateurs des données et images météorologiques ont beaucoup changé. C'est pourquoi EUMETSAT a mis au point en collaboration avec l'ESA une deuxième 
génération de systèmes satellitaires propres à répondre à ces exigences et à améliorer sensiblement les services offerts par la flotte actuelle de satellites Météosat.

Quatre satellites MSG assureront la continuité des données de météorologie jusqu'en 2018. Depuis son lancement, en 2002, le premier satellite MSG fournit des images toutes les 15 minutes (au lieu de 30 avec les satellites Météosat de première génération) dans 12 canaux spectraux (au lieu de 3) et livre des données capitales pour des applications variées dans le domaine de la météorologie ainsi que de la surveillance du climat et de l'environnement. EUMETSAT a chargé l'ESA de l'approvisionnement des quatre satellites MSG.

EUMETSAT organise avec l'ESA, à l'occasion du lancement de MSG-2, une manifestation qui se déroulera au siège d'EUMETSAT à Darmstadt (Allemagne) de 18h00 à 00h30, heure de Paris. Arianespace assurera la retransmission en direct du lancement pour les organismes de radiodiffusion et le grand public. Des dirigeants et spécialistes de l'ESA présents chez EUMETSAT pourront fournir des explications et accorder des interviews.

L'ESA retransmettra également cette manifestation en direct sur le web. Vous trouverez sur le site spécialement consacré à ce lancement des mises à jour, le journal du lancement, des informations de référence, des séquences vidéos ainsi que les images en continu du lancement, mises à disposition par EUMETSAT. Adresse : http://www.esa.int/msg et http://www.eumetsat.int.

Les représentants des médias souhaitant participer à cette manifestation chez EUMETSAT ou à sa retransmission dans l'un des établissements de l'ESA, sont invités à remplir le formulaire d'inscription ci-joint et à le retourner par télécopie au site de leur choix le 16 décembre au plus tard.

Les organismes de radiodiffusion souhaitant retransmettre le lancement en direct sont invités à prendre contact avec l'attaché de presse d'Arianespace, Mario Delepine (m.delepine@arianespace.fr, tél +33 1 6087 6000) pour disposer localement du signal fourni par BT Tower (Londres) ou le SERTE (Paris).

Le service de radiodiffusion de l'ESA transmettra des séquences préliminaires le 19 décembre. Pour connaître le détail et le synopsis des transmissions, consultez le site http://television.esa.int.

Pour de plus amples informations veuillez contacter :

ESA - Division Relations avec les médias
Tél : +33(0)1.53.69.7155
Fax : +33(0)1.53.69.7690

Lancement du satellite météorologique MSG-2
mercredi 21 décembre 2005
EUMETSAT, Am Kavalleriesand, 31 Darmstadt, Allemagne
Programme

18h00 Allocution de bienvenue dans les locaux d'EUMETSAT
18h15 Transfert par bus à l'ESA/ESOC
18h30 Visite du Centre de contrôle de l'ESA
19h00 Point de presse 
19h30 Départ pour les locaux d'EUMETSAT
20h00 Conférence de presse
20h45 Ouverture des portes
21h20 Début du programme
23h33 Lancement
00h30 Fin du programme
 
Lancement du satellite météorologique MSG-2
21 décembre 2005

Formulaire d'accréditation

Nom : ____________________________________

Prénom : ____________________________________


Organe de presse : _______________________________________________________

Adresse : _______________________________________________________


Tél. : _____________________________________

Fax : ________ _______________________________


Portable : _________________________________

Courriel : ______________________________________



assistera au lancement de MSG-2 sur le site suivant :


(  ) Allemagne
Site : EUMETSAT
Adresse : Am Kavalleriesand, 31 - Darmstadt, Allemagne
Horaire : 18h00 - 00h30
Contact : Livia Briese - Tél. : +49.6151.807.7320 - Fax: +49.6151.807.7321

(  )  Pays-Bas
Site : Space Expo, ESA/ESTEC Visitors' Centre
Adresse : Keplerlaan 3, Noordwijk, Pays-Bas
Horaire : 22h15 - 01h30
Contact : Michel van Baal - Tél. : +31(0)71.565.3006 - Avant le lancement : +31.71.565.8016 -
Fax: +31.71.565.5728

(  ) Italie
Site : ESA/ESRIN
Adresse : Via Galileo Galilei, Frascati (Rome), Italie
Horaire : 23h10 - 00h30
Contact : Franca Morgia - Tél : +33.06.9418.0951 - e-mail : franca.morgia@esa.int -
Lorena Martino : Tél : +39.06.9418.0354 - e-mail : lorena.martino@esa.int.

(  ) France
Site : Arianespace
Adresse : Boulevard de l'Europe - Evry, France
Horaire : 22h45 - 01h00
Contact : Jacques Denavaut  - Tél. : +33.1.60.87.60.04 - Fax : +33.1.60.87.63.04

Logo ESA - http://teyeme.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2005 4 15 /12 /décembre /2005 12:03
Lancement, le 26 décembre, du premier satellite de la famille Galileo.
Suivez la retransmission en direct.

Galileo, système européen de navigation par satellite à l'échelle mondiale, va devenir réalité le lendemain de Noël, avec la mise en orbite par un lanceur Soyouz-Frégate, depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, de GIOVE-A, élément destiné à valider en orbite le système Galileo.

La constellation, qui comportera en tout 30 satellites destinés spécifiquement à un usage civil, fera bénéficier les citoyens et les utilisateurs institutionnels européens de services de localisation et de synchronisation de pointe présentant des performances exceptionnelles en termes de précision, de disponibilité, d'intégrité et de garantie du signal. Galileo est une initiative commune de la Commission européenne et de l'Agence spatiale européenne.

Le lanceur Soyouz, exploité par Starsem, entreprise euro-russe qui en assure la commercialisation, doit décoller à 06h19 (heure de Paris). Le satellite se séparera de l'étage supérieur Frégate à 10h01, à l'issue d'un long vol balistique l'amenant sur son orbite opérationnelle. C'est seulement à 13h09 que les contrôleurs au sol de Surrey Satellite

Technology Ltd (société chargée de la construction et de l'exploitation de GIOVE-A) à
Guildford (GB) auront fini leur travail et placé le satellite dans son créneau opérationnel, en orbite terrestre moyenne, à une altitude de 23 222 km.

Les représentants des médias qui souhaitent assister à la retransmission en direct du lancement depuis Baïkonour sont invités à se présenter au Siège de l'ESA, à Paris, où des spécialistes seront présents pour répondre à des interviews. Le programme et le formulaire d'accréditation figurent ci-après. Merci de retourner ce dernier par télécopie au plus tard le mardi 20 décembre.

Le lancement sera également retransmis en direct sur ESA-TV. Pour plus d'informations et de précisions sur les séquences vidéo qui précéderont le lancement et sur la vidéo-transmission, consultez l'adresse : http://television.esa.int

Une vidéo à la demande sera disponible sur le site web de l'Agence, une fois le lancement terminé, à l'adresse suivante : http://www.esa.int/galileolaunch


Pour tout complément d'information, veuillez contacter :

Franco Bonacina ou Anne-Marie Remondin
Service Relations avec les médias
Département Communication
ESA, Paris
Tél. : +33 (0)1 5369 7155
Fax : +33 (0)1 5369 7690

Lancement de GIOVE-A - Lundi 26 décembre 2005

Siège de l'ESA - 8/10, rue Mario Nikis, 75015 Paris - Salle B


Programme provisoire


05h00 Ouverture des portes ; accréditations
Petit déjeuner dans le Foyer

05h30 Début de la 1ère partie du programme : brèves présentations de GIOVE /Galileo par un représentant du programme Galileo de l'Agence, et du lancement par un représentant de Starsem

06h00 Début de la vidéo-transmission

06h19 Décollage

06h28 Séparation de l'étage supérieur Frégate

06h40 Confirmation de la séparation du Frégate
Fin de la première vidéo-transmission

06h45 Fin de la 1ère partie du programme

Pause : poursuite du petit-déjeuner jusqu'à 07h30

09h30 Reprise du programme

09h45 Début de la 2ème partie du programme : bref compte-rendu par un représentant du programme Galileo

10h01 Séparation de GIOVE-A de l'étage Frégate

10h15 Deuxième partie de la vidéo-transmission : retransmission différée du lancement, informations depuis Baïkonour, point sur l'état du satellite par le centre de contrôle de Guildford (GB)

10h25 Fin de la deuxième vidéo-transmission

11h00 Fin du programme
 
Lancement de GIOVE A - Lundi 26 décembre 2005

Siège de l'ESA - 8/10, rue Mario Nikis, 75015 Paris - Salle B


Nom : __________________________

Prénom : _________________________

Média : ________________________________________________________

Adresse : ________________________________________________________

Tél. : ___________________________

Fax : ____________________________

Mobile : _______________________ 

Courriel : ___________________________

(  ) J'assisterai à la vidéo-transmission du lancement de GIOVE-A.

(  ) Je n'y assisterai pas.

Veuillez renvoyer ce formulaire à :
Anne-Marie Rémondin
ESA Division des relations avec les médias
Tel.:+33(0)1.53.69.7155
Fax: +33(0)1.53.69.7690

Logo ESA - http://teyeme.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2005 6 10 /12 /décembre /2005 08:59
Préparer l’arrivée de femmes sur Mars :
Fin de l’alitement pour les dernières volontaires de l’étude WISE

Lorsque les premières femmes astronautes poseront le pied sur Mars, peut-être auront-elles une pensée pour les 24 femmes qui ont ouvert la voie à de longs voyages dans l’espace en sacrifiant à la science spatiale trois mois de leur vie, dont deux passés en position allongée.

De mars à mai et de septembre à novembre, deux groupes différents composés de 12 volontaires chacun venant de 8 pays européens (Allemagne, Finlande, France, Pays-Bas, Pologne, République tchèque, Royaume-Uni et Suisse) ont participé à l’étude WISE de simulation spatiale menée sur des sujets féminins en vue des vols spatiaux de longue durée (Women International Space Simulation for Exploration study). Cette étude était réalisée dans le cadre d’une coopération entre l’Agence spatiale européenne (ESA), le Centre national d’études spatiales (CNES), l’Agence spatiale canadienne (ASC) et l’Administration nationale de l'Aéronautique et de l'espace (NASA). Les volontaires se sont retrouvées dans le service de recherche clinique du MEDES (Institut français de médecine et de physiologie spatiales), situé dans les locaux de l’Hôpital de Rangueil, à Toulouse (France), pour y relever un défi hors du commun : participer à une étude d’alitement d’une durée de 60 jours. Pendant deux mois, toute leur vie quotidienne s’est déroulée dans des lits inclinés selon un angle de 6° par rapport à l’horizontale, de manière à ce que leurs têtes soient à un niveau légèrement plus bas que leurs pieds. Cette position inhabituelle entraîne des changements physiologiques comparables à ceux dont les astronautes font l’expérience dans des conditions d’impesanteur.
 
Les volontaires de la deuxième campagne WISE ont enfin pu se lever le 30 novembre ;  elles doivent subir des tests médicaux et de réadaptation fonctionnelle jusqu’au 20 décembre. À des fins de comparaison, des tests similaires avaient été effectués avant la période d’alitement proprement dite.

Le MEDES avait organisé la sélection des volontaires et fourni le personnel médical, paramédical et technique qui a permis de mener à bien ces expériences scientifiques approfondies.

La campagne WISE avait pour principal objectif d’évaluer, au moyen d’équipements adaptés, les rôles joués par la nutrition et l’exercice physique pour contrecarrer les effets négatifs des conditions d’impesanteur sur une longue durée. Cela devrait permettre de mettre au point les contre-mesures qui seront nécessaires lorsque de futurs astronautes s’aventureront au-delà de l’orbite terrestre afin d’explorer d’autres mondes.

Les données que les équipes scientifiques internationales ont recueillies au cours de l’étude WISE amélioreront nos connaissances en ce qui concerne la fonction musculaire, les paramètres sanguins, le système cardiovasculaire, la coordination des mouvements, les changements affectant les systèmes endocrinien et immunitaire, le métabolisme, l’ossification ainsi que l’équilibre psychologique. Ces connaissances seront utiles pour l’avenir des vols spatiaux habités, mais aussi pour la vie quotidienne sur Terre car elles permettront de mieux comprendre le mécanisme de l’ostéoporose, de lutter contre le « syndrome métabolique » qui touche des millions de travailleurs sédentaires ayant un exercice physique insuffisant, de faciliter le traitement des conséquences d’une immobilisation prolongée ou encore de prévenir certaines maladies cardiovasculaires.

Cette étude associe douze équipes scientifiques provenant de 11 pays : Allemagne, Belgique, Canada, Danemark, États-Unis, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède et Suisse. Il leur faudra plusieurs mois pour analyser les données et commencer à publier des résultats. Afin de mieux répondre à certaines questions scientifiques, les volontaires feront l’objet d’un suivi pendant trois ans.

« La campagne WISE est un plein succès et j’attends maintenant avec impatience de futures campagnes de la même complexité et avec une telle participation internationale », déclare Didier Schmitt, Chef de l’Unité sciences de la vie à la Direction Vols habités, Microgravité et Exploration de l’ESA. « Nous sommes déjà en train de préparer l’avenir avec un programme de campagnes d’alitement qui couvrira les 3 prochaines années. Il sera organisé une série d’études d’alitement sur le court, le moyen et le long termes, c’est-à-dire pendant respectivement 5, 21 et 60 jours. Un appel à travaux de recherche couvrant cette période devrait être lancé prochainement dans le cadre du Programme européen de recherche et d'applications en sciences physiques et sciences de la vie dans l’espace (ELIPS). Deux autres études d’alitement, qui doivent avoir lieu à Berlin et au DLR à Cologne, ont d’ores et déjà été sélectionnées dans le cadre du Programme d’applications de la recherche en microgravité (MAP). Ces études attendent actuellement le financement nécessaire, lequel proviendra également du programme ELIPS ».

Pour marquer l’achèvement des campagnes WISE 2005, l’ESA, le CNES et le MEDES vont tenir le 13 décembre, à la Cité de l’Espace à Toulouse, une conférence de presse qui réunira des représentants de la NASA et de l’ASC, les équipes scientifiques et des volontaires de la deuxième campagne WISE. 

Les représentants des médias qui souhaitent assister à cette conférence de presse sont invités à remplir le formulaire ci-joint, qui doit être renvoyé à l’adresse figurant au bas dudit formulaire.

Des informations complémentaires peuvent être obtenues sur le site que l’ASE consacre à l’étude WISE :  http://www.spaceflight.esa.int/wise

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :
Franco Bonacina
ESA - Division Relations avec les médias
Paris (France)
Tél. : +33 1 5369 7155
Fax : +33 1 5369 7690
Dieter Isakeit
Bureau de la communication et des utilisateurs Erasmus
Direction Vols habités, Microgravité et Exploration
Noordwijk (Pays-Bas)
Tél. : +31 71 565 5451
Fax : +31 71 565 8008
Conférence de presse à l’occasion de la fin de la campagne d’alitement de 60 jours
Mardi 13 décembre 2005, de 10 h 00 à 15 h 00
Cité de l’Espace, Avenue Jean Gonord, Toulouse Cedex 5, France
(Carte d’accès : PDF )
 
Programme:

10 h 00 Enregistrement.

10 h 30 « Études d’alitement menées par la Direction Vols habités, Microgravité et Exploration de l’ESA » par Didier Schmitt, Chef de l’Unité sciences de la vie, ESA.

10 h 40 Présentation d’ensemble de l’étude d’alitement WISE réalisée par l’ESA, le CNES, l’ASC et la NASA, par Peter Jost, Responsable de projet, ESA.

10 h 50 « Contribution du CNES aux études d’alitement », par Guillemette Gauquelin Koch, Chef du programme de sciences de la vie, CNES.

11 h 00 « Médecine et recherche pour l’exploration spatiale – la Terre et au-delà », par Victor Schneider, NASA.

11 h 10 « Une étude sur Terre pour des applications spatiales », par Louise Beauchamps, Chef du Programme de sciences spatiales, ASC.

11 h 20 « MEDES, la médecine aérospatiale et la santé », par René Rettig, président du MEDES ;
et « Aspects médicaux de l’étude WISE » en présence de certains volontaires par Arnaud Beck, médecin chargé de la coordination de l’étude WISE, MEDES.

12 h 00 Questions et réponses avec des volontaires de la deuxième campagne.

12 h 45 Fin de la conférence de presse. Collation.

14 h 00 Film sur l’ISS dans la salle IMAX.

15 h 00 Fin de la manifestation. Possibilité de visite du MEDES.
 
Conférence de presse à l’occasion de la fin de l’étude d’alitement de 60 jours
Mardi 13 décembre 2005, 10 h 00 à 15 h 00
Cité de l’Espace, Avenue Jean Gonord, Toulouse Cedex 5, France

Nom : ___________________________

Prénom : ___________________________
 
Organisation : ________________________________________________________
 
Adresse : ________________________________________________________
 
________________________________________________________
 
Tél.: _______________________________

Fax :_________________________________
 
Mobile: ____________________________

Courriel : _______________________________
 
[  ] Assistera à la conférence de presse

[  ] N’assistera pas à la conférence de presse

Veuillez renvoyer ce formulaire à :

Sandra Laly
CNES
Fax : +33(0)1.44.76.78.16

Logo ESA - http://teyeme.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2005 5 09 /12 /décembre /2005 01:39
Interdiction de vendre des terrains sur la Lune en Chine

PEKIN : Une société chinoise s’est vu interdire de vendre des terrains sur la Lune par les autorités de contrôle du commerce, qui ont estimé que si c’était «un beau rêve», cela ressemblait surtout à de la fraude, a rapporté hier le quotidien ‘China Daily’. L’entreprise, qui se présentait sous le nom de «l’Ambassade de la Lune», proposait des terrains au prix de 298 yuans (37 dollars) pour 0,4 hectare.

Pour les autorités de contrôle citées par le journal, «la vente de terrain sur la Lune par l’Ambassade de la Lune à ses clients est une sorte de fraude». «Posséder un bout de terrain sur la Lune ne concorde avec aucun article d’un règlement en Chine, ce n’est qu’un beau rêve», ont-ils ajouté. Trente quatre personnes s’étaient laissées tenter avant que les activités de la société ne soient suspendues le 28 octobre, une décision confirmée en appel, a précisé le ‘China Daily’. Le propriétaire, Li Jie, estimait être dans son bon droit, affirmant qu’«aucune loi ou règlement en Chine n’interdit la vente de terrain sur la Lune»


Pour certains ça restera toujour du chinois ;o)

Logo F.P.U. - http://teyeme.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2005 3 07 /12 /décembre /2005 02:38
« Découvertes et compétitivité » au menu des Ministres européens à Berlin »

Les Ministres en charge de l'espace des 17 Etats membres de l'Agence spatiale européenne (ESA) et du Canada ont décidé, à l'issue d'une session de deux jours du Conseil de l'ESA, qui en est la plus haute instance décisionnelle, de doter l'Europe spatiale d'un plan cohérent axé sur les découvertes et la compétitivité. Dans ce contexte, ils ont approuvé la poursuite d'une série de programmes en cours et se sont mis d'accord pour lancer de nouvelles initiatives majeures afin que l'Europe dispose d'une stratégie claire et de moyens tangibles pour développer ses activités d'exploration et d'exploitation de l'espace. Ils ont souligné la nécessité pour l'Europe de conserver un secteur spatial compétitif lui permettant de jouer un rôle de premier plan dans les découvertes à venir, de garantir l'accès aux données stratégiques et à de nouveaux services et de consolider sa position sur le marché commercial mondial.

Les Ministres se sont félicités des efforts entrepris pour mieux sensibiliser les citoyens européens aux activités spatiales et à leurs retombées bénéfiques, grâce notamment au succès des récentes missions scientifiques européennes comme Huygens et Mars Express. S'ajoutant à une série de lancements réussis d'Ariane 5, ces missions ont une nouvelle fois confirmé que, lorsqu'elle unit ses forces et ses compétences, l'Europe est capable de relever les défis les plus ambitieux et de se hisser au plus haut niveau mondial en matière de découvertes et d'innovation.

Les Ministres ont également noté le renforcement des relations entre l'Agence et ses partenaires internationaux sur les plans qualitatif et quantitatif. Ils ont souligné l'évolution rapide de l'environnement international du secteur spatial, marquée notamment par une augmentation du nombre des acteurs capables de maîtriser les principales technologies spatiales et de proposer des applications civiles et à usage mixte dans des conditions concurrentielles.

Les Ministres ont réaffirmé l'importance stratégique pour l'Europe d'améliorer sans cesse ses capacités scientifiques, technologiques et industrielles dans le domaine spatial afin de mieux répondre aux attentes de ses citoyens concernant l'environnement, la qualité de vie et la sécurité. Constatant que l'industrie européenne a connu, ces dernières années, des difficultés découlant à la fois d'un fort ralentissement du marché commercial et de la concurrence exercée par des industries bénéficiant de coûts de production inférieurs, ils ont pris note des mesures engagées par l'industrie pour renforcer sa position au prix d'un douloureux processus de restructuration et de concentration, qui s'est traduit par une diminution et un regroupement de ses capacités.

Une étape importante a été franchie avec l'approbation, dans le domaine des lanceurs, d'une politique européenne globale qui garantira la cohérence entre les activités liées aux lanceurs et aux satellites.

Les Ministres ont affirmé qu'il était essentiel de continuer à renforcer la coopération européenne dans le domaine spatial en poursuivant l'élaboration d'une Politique spatiale européenne intégrant les programmes de l'ESA et de l'UE, ainsi que les programmes nationaux et industriels, et en affectant les ressources et les moyens disponibles aux initiatives européennes communes, de manière à atteindre la masse critique nécessaire pour affronter la concurrence mondiale.

Décisions sur les programmes et activités

En ce qui concerne les programmes, les Ministres ont pris un certain nombre de décisions sur les activités obligatoires de l'Agence (Programme scientifique et activités de base) et sur les programmes facultatifs (observation de la Terre, télécommunications, navigation par satellite, vols habités, microgravité, exploration, lanceurs). Ils confirment ainsi l'engagement des Etats membres de l'ESA à stimuler les avancées dans les sciences spatiales et à se placer aux avant-postes en matière de découvertes afin de soutenir le développement de services compétitifs et d'applications futures dont le citoyen européen sera le bénéficiaire. Les décisions prises portent sur les points suivants :

a) activités obligatoires de l'Agence : adoption du niveau de ressources pour la période 2006-2010 (Programme scientifique et activités de base)

b) poursuite des programmes en cours :
- souscription du programme-enveloppe d'observation de la Terre ;
- souscription de la période 2 du programme d'exploitation de la Station spatiale internationale et de la période 2 du programme européen ELIPS ;
     -     souscription des programmes d'évolution des lanceurs ;
- souscription du Programme de recherche de pointe sur les systèmes de télécommunications (ARTES), l'accent étant mis sur les technologies, les applications et les missions de démonstration ;

c) nouveaux programmes :
- souscription de la composante spatiale du Programme de surveillance mondiale pour l'environnement et la sécurité (GMES), qui représente également une contribution essentielle de l'Europe à l'initiative Système des systèmes mondiaux d'observation de la Terre (GEOSS) ;
- souscription du programme européen d'exploration spatiale Aurora, qui comprend la première mission d'exploration ExoMars ainsi qu'un programme de base destiné à préparer les futures missions d'exploration ;
- souscription des activités de préparation des futurs lanceurs ;
- souscription du Programme général de technologie de soutien (GSTP), dont l'objectif est la préparation de nouveaux programmes technologiques spécifiques axés sur le développement de technologies en rapport avec les impératifs de non-dépendance et de sécurité, ainsi que l'élaboration et la démonstration de nouveaux concepts, comme le vol de satellites en formation, afin de conduire des missions d'une grande importance stratégique et économique pour la science spatiale, l'observation de la Terre et de nouveaux domaines, notamment liés à la sécurité.

Note aux rédactions
Pour toute information complémentaire sur les questions de programme, veuillez vous reporter à la note d'information 02/2005 sur le site :
http://www.esa.int/esaCP/Pr_2_2005_i_EN.html
ou contacter :

ESA, Département Communication
Division Relations avec les médias
tél : + 33 (0)1 53 69 71 55

Logo ESA - http://teyeme.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2005 1 05 /12 /décembre /2005 07:00
Premiers résultats de l’expérience IMPRESS exécutée à bord d’une fusée-sonde Texus

Le 1er décembre 2005 à 10h06 (heure de Paris), une fusée-sonde Texus 42 cofinancée par l’ESA et par le DLR (Centre aérospatial allemand) a décollé du site de l’Esrange, situé à l’est de Kiruna dans le nord de la Suède, pour procéder à des expériences avec le four à lévitation électromagnétique (EML) dans le cadre du projet IMPRESS. Cette charge utile, développée conjointement par l’ESA et par le DLR, permet de réaliser des mesures précises des propriétés d’alliages métalliques liquides hautement réactifs. Ces mesures, qu’il est impossible d’effectuer sur Terre, auront une grande utilité pour le projet IMPRESS.

IMPRESS (Intermetallic Material Processing in Relation to Earth and Space Solidification) est un projet de plusieurs millions d’euros cofinancé par l’ESA et la Commission européenne dans le secteur des sciences des matériaux. À ce titre, 150 scientifiques européens et russes collaborent actuellement au développement de nouveaux alliages intermétalliques en vue d’applications industrielles telles que des aubes de turbine à gaz et des piles à hydrogène.

Grâce aux 6 minutes et 37 secondes d’impesanteur obtenues au moyen de la fusée-sonde, les expériences se sont déroulées comme prévu. Les données scientifiques et techniques ainsi que les images vidéo de l’échantillon ont été reçues en temps réel et suivies avec attention par des scientifiques et ingénieurs à partir de la station sol de l’ESRANGE. Davantage de temps sera nécessaire pour une analyse complète des données scientifiques, mais les premiers résultats sont déjà prometteurs.

Selon David Jarvis, responsable du projet IMPRESS à l’ESA, « ce lancement constitue une première étape essentielle pour les expériences en impesanteur prévues dans le cadre d’IMPRESS. La future génération d’intermétalliques développés au titre d’IMPRESS devrait permettre à l’Europe de devenir un leader mondial dans le secteur stratégique des sciences des matériaux. La portée économique de ces expériences ne doit par conséquent pas être sous-estimée dans la mesure où la production de turbines et le développement de piles à combustible représentent à l'heure actuelle une industrie de plusieurs milliards d'euros, dont la croissance va se poursuivre. »

L’équipe scientifique menée par le Dr. Rainer Wunderlich et le Prof. Hans-Jörg Fecht de l’Université d’Ulm en Allemagne qui participe au projet IMPRESS va être très occupée dans les semaines à venir par l’analyse des mesures réalisées au cours du vol. Ces données portant sur les propriétés thermophysiques seront utilisées dans le cadre du projet IMPRESS afin d’améliorer la modélisation numérique des procédés avancés de coulée d’alliages intermétalliques. Ces activités de recherche, cruciales pour l’industrie du moulage en Europe, contribueront à développer la future génération de matériaux pour les moteurs d’avions.

Wolfgang Herfs, responsable des projets de fusées-sondes à l’ESA, précise « le succès de cette mission est dû à la bonne préparation de l’équipe scientifique d’IMPRESS, de l’équipe de développement industriel dirigée par EADS-Space Transportation à Brême et Friedrichshafen, ainsi que de l’équipe du centre de soutien aux utilisateurs du DLR à Cologne et à  l’ESRANGE. »

Outre d’autres lancements de fusées-sondes, le projet IMPRESS utilisera diverses installations européennes à bord de la Station spatiale internationale afin de mener des expériences de référence sur les alliages métalliques, installations au nombre desquelles figure le four à lévitation électromagnétique.

Pour en savoir plus, veuillez consulter le site du projet IMPRESS :

www.spaceflight.esa.int/impress

et le site du programme de fusées-sondes de l'ESA :

www.spaceflight.esa.int/users/rockets et en PDF

Logo ESA - http://teyeme.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2005 4 01 /12 /décembre /2005 00:00
L'initiative GMES au cœur du 3ème Conseil Espace

La 3ème réunion du Conseil Espace - réunion conjointe et concomitante du Conseil ministériel de l'ESA et du Conseil Compétitivité de l'Union européenne (Marché intérieur/Industrie/Recherche) s'est tenue à Bruxelles le lundi 28 novembre.

Cette réunion, présidée conjointement par le ministre britannique de la Science et président en exercice du Conseil Compétitive de l'UE, Lord Sainsbury of Turville et par le secrétaire d'état M. Georg-Wilhelm Adamowitsch, représentant le ministre allemand de l'Économie et de la Technologie, M.Michael Glos, président en exercice du Conseil de l'ESA au niveau ministériel, a été l'occasion pour les ministres de souligner l'importance stratégique de l'initiative de Surveillance globale pour l'environnement et la sécurité (GMES). L'objectif de GMES est de fournir en temps utile et de manière durable à l'Europe les informations sur l'environnement et la sécurité dont elle a besoin pour conduire ses politiques.

Les ministres ont souligné qu'il était politiquement primordial pour l'Europe de préserver son autonomie dans le domaine de l'observation de la Terre. Ils ont rappelé l'importance que revêtait la dimension internationale de GMES et son rôle de principale contribution européenne au Système des systèmes mondiaux d'observation de la Terre (GEOSS).
 
La mise en œuvre de GMES débutera par le déploiement rapide et le lancement opérationnel en 2008 de trois services dans le domaine des réponses aux situations d'urgence, de la surveillance des terres émergées et des services maritimes. D'autres services suivront, conformément au plan de déploiement couvrant la période 2009-2013.

GMES est une initiative de l'Union européenne. Sa composante spatiale doit être réalisée par l'ESA (*). Les États membres de l'ESA souscriront au programme de l'Agence couvrant le développement de la composante spatiale GMES lors du Conseil de l'ESA au niveau ministériel qui se tiendra la semaine prochaine, les 5 et 6 décembre. Parallèlement, la Commission européenne entend consacrer au financement de GMES la plus grande part des crédits du 7ème Programme-cadre  destinés à l'espace. Cette allocation servira tout à la fois à financer les services GMES et à couvrir un partie significative du budget consacré à la composante spatiale GMES jusqu'en 2013.

Les ministres ont demandé que l'on utilise au mieux les satellites et les systèmes sols existants ou déjà planifiés au niveau national ou européen, afin d'assurer la continuité des données nécessaires à la mise en œuvre de services GMES opérationnels et éviter les doubles emplois. Ils ont invité à cet effet les agences nationales et les organisations européennes (comme EUMETSAT) qui possèdent déjà ou sont sur le point de développer des moyens susceptibles d'être utiles au projet GMES de les mettre à la disposition de celui-ci à des conditions appropriées. Un groupe d'experts a été créé pour étudier la structure la mieux à même d'assurer la mise en œuvre et la gouvernance à long-terme de GMES.

M. Günter Verheugen, Vice-président de la Commission européenne, chargé des entreprises, de l'industrie, de la compétitivité et des questions spatiales et M. Jean-Jacques Dordain, Directeur général de l'Agence spatiale européenne, ont également participé à ce troisième Conseil Espace.

Le ministre britannique, Lord Sainsbury, a déclaré : "La surveillance de l'environnement est plus importante que jamais. GMES nous ouvre la possibilité de conjuguer les techniques actuelles et les nouvelles technologies pour mieux comprendre et mieux protéger notre planète. Les ministres européens de l'espace ont accompli aujourd'hui un pas important pour nous permettre d'atteindre cet objectif."


Le secrétaire d'état allemand, M.Georg-Wilhelm Adamowitsch, a affirmé : "Avec l'initiative de Surveillance globale pour l'environnement et la sécurité (GMES), second programme-phare de l'UE après le système de navigation par satellite Galileo, l'Europe est en train de se doter d'une capacité stratégique de surveillance du globe. Cela doit lui permettre de disposer d'informations indépendantes pour prendre ses décisions sur des questions telles que l'environnement, le développement durable, les ressources naturelles et la sécurité de ses citoyens. L'Allemagne contribuera à GMES non seulement par le biais de l'UE et de l'ESA, mais également aux travers de ses propres satellites et structures de traitement de données nationales."

Le Vice-président de la Commission européenne, M. Günter Verheugen, a affirmé : "Je suis très satisfait que ce Conseil Espace ait avalisé les orientations proposées par la Commission pour le système de surveillance à l'échelle du globe GMES. Le système GMES est le fruit d'une collaboration exemplaire entre la Commission et l'ESA. Il démontre notre capacité à élaborer une politique spatiale européenne efficace".

Le Directeur général de l'Agence spatiale européenne, M. Jean-Jacques Dordain a souligné pour sa part : "Je suis heureux que ce 3ème Conseil Espace ait confirmé l'initiative GMES comme projet-phare de l'Europe spatiale. En développant la composante spatiale GMES, l'ESA et l'industrie européenne mettront une fois de plus leur savoir-faire au service de l'Europe et de ses États membres, pour leur permettre de développer leurs politiques en matière d'environnement et de sécurité. Grâce à une coopération étroite entre la Commission et l'ESA, l'Europe aura bientôt ses "Sentinelles" spatiales qui contribueront à améliorer la sécurité et le bien-être de tous ses citoyens."

(*) La proposition de l'ESA pour le développement de la composante spatiale GMES s'articule autour de cinq concepts de mission, ou "Sentinelles", auxquelles s'ajoute l'accès à des missions complémentaires exploitées par les États membres de l'Agence, Eumetsat, le Canada et des tiers. La mise en œuvre du projet prévoit le déploiement rapide d'un premier satellite (GMES-1), combinant une mission d'interférométrie radar en bande C (Sentinelle-1) et une mission de surveillance terrestre et océanique (Sentinelle-3), équipée d'un altimètre, d'un imageur multispectral et d'un détecteur de température de surface des océans. Sentinelle-2 sera une mission d'imagerie optique multispectrale destinée à assurer la continuité des données Landsat. Sentinelle-4 et Sentinelle-5 seront deux missions de surveillance de la chimie atmosphérique, la première sur orbite géostationnaire et la seconde sur orbite terrestre basse. L'architecture de ces missions sera souple et pourra permettre de grouper certaines d'entre elles, comme dans le cas de GMES-1.

Information complémentaires

Le Conseil Espace a été institué afin de coordonner et de faciliter les activités menées en coopération par la Communauté européenne et l'ESA au titre de l'accord-cadre adopté en 2003 et entré en vigueur en mai 2004.

Le premier Conseil Espace s'est déroulé à Bruxelles le 25 novembre 2004.
Le deuxième Conseil Espace a été organisé à Luxembourg le 7 juin 2005.

L'accord-cadre CE-ESA a deux principaux objectifs. Le premier est de permettre le développement cohérent et progressif d'une politique spatiale européenne d'ensemble, visant à rapprocher la demande de services et les applications utilisant les systèmes spatiaux, en soutien des politiques de l'Union européenne. L'ESA agira de facto comme agence de mise en œuvre de l'UE pour fournir les systèmes spatiaux et les infrastructures permettant de répondre à cette demande.

Le second objectif de l'accord est d'établir une base commune et de mettre sur pied des arrangements pratiques appropriés permettant à l'ESA et à la Communauté européenne de coopérer de manière efficace et mutuellement bénéfique, en respectant totalement les cadres institutionnels et opérationnels des deux entités, afin de favoriser la mise en œuvre d'initiatives communes et de fournir un cadre stable pour une coopération CE-ESA mise au service de tous les citoyens européens.

Au cours des trois dernières années, l'Union européenne et l'ESA ont travaillé ensemble pour tracer les grandes lignes d'une politique spatiale européenne définissant des objectifs et fixant des priorités pour l'espace. Le programme spatial européen, en cours d'élaboration, représentera une plate-forme commune regroupant toutes les mesures et toutes les activités à entreprendre par la CE, l'ESA et d'autres partenaires pour atteindre les objectifs fixés par la politique spatiale européenne.

Le Programme spatial européen sera établi en fonction des recommandations générales contenues dans le Livre blanc sur l'espace, plan d'action adopté par la Commission européenne en novembre 2003 en vue de mettre en œuvre une politique spatiale européenne élargie. Préparé en collaboration avec l'ESA, le Livre blanc contient des propositions d'initiatives communes CE-ESA qui seront mises en œuvre sur la base de l'accord-cadre.

Pour obtenir davantage d'informations, veuillez contacter :
British National Space Centre - Press office
+ 44 (0) 20.7215.0905

M. Gregor Kreuzhuber
Porte-parole de M. Günter Verheugen, Vice-président de la Commission européenne, en charge des entreprises et de l’industrie, de la compétitivité et des questions spatiales.
Tél.: + 32 (0) 2 296 65 65

M. Franco Bonacina
Porte-parole de M. Jean-Jacques Dordain, Directeur général de l'Agence spatiale européenne. 
Tél. : + 33 (0)1 53 69 71 55

Voir également :
www.europa.eu.int/comm.space 
www.esa.int

Logo ESA - http://teyeme.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2005 5 25 /11 /novembre /2005 02:56
Après le succès du Vol 167 d'Ariane 5, la campagne de préparation du prochain satellite météorologique européen se déroule nominalement pour un lancement 21 décembre.
 
Après 117 jours de stockage en Guyane française, les opérations de déstockage et de préparation du satellite MSG-2 (Meteosat de Seconde Génération) ont commencé le 31 octobre. Les activités de la campagne de lancement ont officiellement repris le 10 novembre.

Le satellite MSG-2 a été expédié au Centre Spatial Guyanais, Port Spatial de l’Europe, le 21 juin. A la suite d’une série de tests approfondis confirmant le bon fonctionnement de la plate-forme et des instruments après leur transport depuis l’Europe, le satellite a été mis en stockage.

Les satellites sont devenus un élément-clé pour les prévisions météorologiques et la vie moderne. Depuis près de trois décennies, leur construction en Europe a été confiée à l'ESA. Le satellite MSG-2 n’est que le dernier-né d'une longue lignée de satellites Meteosat réalisés sous l’égide de l'ESA : le lancement du premier d'entre eux, Meteosat 1, remonte à 1977. Le succès des premiers satellites Meteosat a conduit à la création en 1986 de l'Organisation européenne pour l'exploitation des satellites météorologiques (Eumetsat).

L'ESA et Eumetsat ont collaboré sur le développement des satellites les plus récents de la série, conçus pour offrir en continu des images météorologiques aux organismes européens de prévisions météorologiques sur une base opérationnelle. Cette coopération entre les deux organisations internationales est toujours d'actualité, alors que les premiers satellites sont aujourd'hui progressivement remplacés par la deuxième génération de satellites Meteosat.
 
Plus gros et plus puissants que leurs prédécesseurs, les satellites Meteosat de Seconde Génération permettent l'obtention d'images dans un plus grand nombre de longueurs d'ondes et à une plus grande fréquence que la génération précédente. Ils sont ainsi particulièrement adaptés aux prévisions à court-terme de phénomènes météorologiques violents ou à développement rapide, tels que la neige, les orages et le brouillard.

Le premier de ces satellites (lancé sous le nom MSG-1, mais ultérieurement rebaptisé Meteosat 8) a été lancé en août 2002 et déclaré opérationnel en janvier 2004. Avec le lancement de MSG-2,deux satellites MSG seront disponibles en orbite géostationnaire. Le satellite opérationnel sera positionné à 0 degré de longitude, c'est-à-dire au-dessus de l'Afrique occidentale et équatoriale, tandis que le second sera en attente à 10 degrés de distance, de façon à assurer la continuité du service à l'avenir.

Les météorologues européens ainsi que les climatologistes et les chercheurs environnementalistes profitent déjà des images et produits avancés fournis par Meteosat 8. Les données collectées par ses 12 canaux spectraux permettent d'obtenir un volume d'informations jusqu'à 20 fois supérieur à celui de ses prédécesseurs.

Eumetsat exploite actuellement Meteosat 6, 7 et 8 au-dessus de l'Europe et de l'Afrique, et Meteosat 5 au-dessus de l'Océan indien. Les données, produits et services fournis par ces satellites développés par l'ESA pour Eumetsat constituent une importante contribution pour les prévisions météorologiques et la surveillance du changement climatique.

Logo ESA - http://teyeme.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2005 4 24 /11 /novembre /2005 00:12
Conférence de presse sur le déroulement des missions scientifiques Huygens et Mars Express de l’ESA

Pour le Programme scientifique de l’Agence spatiale européenne, 2005 aura été riche en succès.

Voici bientôt douze mois que la sonde Huygens s’est détachée de l’orbiteur Cassini pour atterrir sur Titan, la plus grande des lunes de Saturne. Les scientifiques sont aujourd’hui sur le point de diffuser une nouvelle série de résultats issus des données recueillies durant deux heures et demie, tout au long de la phase de descente et d’atterrissage de la sonde. Cette mission à destination de Titan s’inscrit dans le cadre d’une coopération NASA/ESA/ASI consacrée à l’étude de Saturne et de ses satellites naturels.

Dans le même temps, la sonde Mars Express de l’ESA poursuit ses observations. Elle a transmis des données inédites, notamment sur les caractéristiques géologiques de la planète rouge et leur incidence climatique, mais aussi sur son atmosphère et – fait majeur – sur la présence d’eau dans le sol martien.

Les résultats passionnants auxquels les scientifiques ont abouti en moins d’un an d’observations et d’analyses feront l’objet d’une conférence de presse organisée au Siège de l’ESA, à Paris, le 30 novembre à 16 heures.

Les journalistes qui souhaiteraient participer à cette conférence sont invités à remplir le formulaire ci-joint.
 
Press conference programme
Space Science Highlights 2005
From (Cassini)-Huygens to Mars Express

30 November 2005, 16:00 hrs
Room 137, European Space Agency Headquarters
8-10 Rue Mario-Nikis,
F-75738 Paris Cedex, France

15:30 Registration

16:00 A Year of European Space Science Successes
Prof. David Southwood, ESA Director of Science Programme

16:10 Highlights of the Huygens Mission Results
Jean-Pierre Lebreton, ESA Huygens Mission Scientist

16:15 Robin Duttaray, Co-Investigator, Doppler Wind Experiment, University of Bonn, Germany

16:20 Marcello Fulchignoni , Principal Investigator, Huygens Atmospheric Structure Instrument,

16:25 John Zarnecki, Surface Science Package, Open University, UK

16:30 François Raulin, Co-Investigator, Gas Chromatograph Mass Spectrometer, Université de Paris 2 - Créteil

16:35 Guy Israel, Principal Investigator, Aerosol Collector and Pyrolyser, Service d'Aéronomie/CNRS

16:40 Bruno Bezard, Co-Investigator, Descent Imager/Spectral Radiometer, Laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation en astrophysique, Observatoire de Paris

16:45 Jonathan Lunine, Interdisciplinary Scientist, Titan surface-atmosphere interactions, Lunar and Planetary Laboratory, Univ. of Arizona, Tucson (USA)


16:55 Questions and Answers

17:05 Coffee break

17:10 Mars Express: results in the overall context of Martian science, Agustín Chicarro, ESA Mars Express Project Scientist

17:15 Giovanni Picardi (or representative), MARSIS Principal Investigator, University of Rome La Sapienza, Italy
Jeffrey Plaut, MARSIS Co-Principal Investigator, NASA/JPL, USA

17:30 Jean-Pierre Bibring, OMEGA Principal Investigator, Institut d’Astrophysique spatiale, Orsay, France

17:40 Gerhard Neukum, HRSC Principal Investigator, Freie Universität Berlin, Germany

17:45 Questions and Answers

17:55 Interview opportunities
 
Press conference
Space Science Highlights 2005
From (Cassini)-Huygens to Mars Express

30 November 2005, 16:00 hrs
Room 137, European Space Agency Headquarters
8-10 Rue Mario-Nikis,
F-75738 Paris Cedex, France


Name: _________________________

Surname: _____________________________

Media: _______________________________________________________________

Address: ______________________________________________________________

______________________________________________________________________

Tel: ___________________________

Fax: __________________________________

Mobile: ________________________

E-mail: _______________________________


(  ) I will participate in the press conference

( ) I will not participate

Please fax this form back to :
ESA Media Relations Division
Tel: +33(0)1.53.69.7155
Fax: +33(0)1.53.69.7690

Logo ESA - http://teyeme.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0